Nous, c'est clair, on aime le cul, la baise tonique. Mais pas avec n'importe qui !



Une salope comme Christelle ça sert à quoi ?

Une salope ça sert à baiser gratuit
Avec une salope on baise sans se poser de question
D'ailleurs la salope ne pose pas de question.
Voilà à quoi ça sert une salope petit

Christelle salope

Une salope comme Christelle ça sert à baiser et c'est déjà pas mal

 

Salope
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

   
« Salope » est un terme argotique et très péjoratif de la langue française appliqué d'une manière générale aux femmes.Différents sens
Le terme de salope désigné était à l'origine synonyme de saleté. Il ne revêt aujourd'hui que la notion de femme sexuellement « facile », dévergondée ou débauchée, ainsi que d'autres notions apparentées. Le mot peut être employé soit de façon sexiste ou injurieuse, soit de façon ludique dans diverses pratiques sexuelles de marge, telles qu'on peut les trouver dans les milieux sado-masochistes, échangistes et libertins où le terme exprime fréquemment la soumission de la ou du partenaire ainsi nommé.
Le mot salope peut aussi désigner non seulement une femme méprisable, mais aussi une femme sans scrupule, aux mœurs corrompues, prête à tout pour réussir. Enfin, le terme de salope peut s'appliquer aux hommes, toujours de manière argotique et péjorative, pour insulter ou décrire un individu ne respectant aucune loi ou aucun code, dans les polars notamment. Cette dernière utilisation est par exemple illustrée dans un roman de San-Antonio : « Cette belle salope de Frederic Hanauer nous avait tous balancés. »
Le mot « salope », employé au masculin, est en outre un terme technique ancien qui désignait un coussinet de tissu enduit de suif, destiné à graisser les fers à repasser, en chapellerie[1]. Par ailleurs, dans le domaine de la marine, une marie-salope est un petit bâtiment d'une construction particulière, destiné à draguer et à porter, à une certaine distance des ports, les vases et les sables qui les obstruent.Étymologie et histoire
L'origine du mot « salope » reste incertaine. Même s'il apparaît clairement que le mot fut employé, dès le début du XVIIe siècle, pour désigner des personnes sales et malpropres, l'origine étymologique du mot est plus trouble.
La première trace écrite du mot remonte à 1607, sous la forme de « salouppe », adjectif désignant l'extrême saleté, dans un texte tiré des Œuvres satyriques de Charles-Timoléon de Sigogne [2] :« Or, laissons paistre ceste trouppe [de poux],
Garnison du pauvre salouppe,
En ce vieux haillon de pourpoint »Il serait probablement composé de la juxtaposition des mots « sale » et « hoppe », forme lorraine de « huppe ». La huppe ayant en effet la réputation d'être un oiseau sale, du fait de la forte odeur se dégageant de son nid, cet oiseau est dans la langue française synonyme de saleté, comme en témoigne le proverbe « sale comme une huppe », qui donne en lorrain « sale comme une hoppe ».
Le mot « salope » n'est pas, étymologiquement parlant, le féminin du mot « salaud », mais c'est le mot « salaud », autrefois orthographié sous la forme de « salop », qui serait une réfection masculine de « salope » (c'est-à-dire une modification de forme linguistique guidée par l'usage). En effet, le mot « salaude » (qui ne s'emploie plus aujourd'hui) apparaît, en tant qu'adjectif, au XIIIe siècle, pour désigner une personne très sale [3], mais le substantif salaud, sous sa forme masculine, n'apparaît pas avant la fin du XIXe siècle [4].

Chrsitelle la salope

 


Sites partenaires :

   

Les salopes, pour être sûres de se réserver les hommes aux queues les plus viriles se sont associées en club et partagent dans leurs trous les bites de ces messieurs …

Attention me dit Jessica : il y a salope et salope !! Ne pas confondre entre la jeune pisseuse allumeuse et la vraie salope comme moi qui fit don de sa chatte et de son cul

Je suis une fille simple en fait : quand j'ai envie de baiser, c'est à dire tous les jours, et ben je baise c'est pas plus compliqué (et je suce aussi mais seulement après la sodomie) !!

 

© Tous droits réservés 2008 - 2018 Assinix


Un peu de sexe avec Christelle amatrice salope nue
Hier en rentrant chez moi je trouve Christelle amatrice salope nue, dans mon lit avec Eve : ces deux salopes sont en train de se brouter la chatte.
Je m'approche, excité et commence à mater le cul de salope de Christelle amatrice salope. Elle est sur Eve, à genoux, de là où je suis, je vois la langue de cette cochonne de Eve, lécher les lèvres de la chatte de Christelle amatrice salope. Son cul de cochonne se tortille sous mes yeux et je vois son anus se dilater à chaque va et vient. Je mouille mon doigt et l'introduit dans l'anus de Christelle amatrice salope. Elle pousse un petit cri, se ravise en me voyant, et donne un coup de rein en arrière, comme un appel pour que mon doigt s'enfonce plus largement dans son cul. Quelle garce !!!
Une idée me vient : j'alterne doucement puis rapidement un doigt dans le cul et un doigt dans la chatte de Christelle amatrice salope. De temps en temps je donne mon doigt à lécher à Eve qui l'avale goulument. N'y tenant plus, je me baise vers ce gros cul qui crie au secours, embrasse la bouche brûlante de Eve et commence à lécher le cul de Christelle amatrice salope. Ma main droite se dirige vers la chatte de Eve pendant ma gauche branle ma bite qui pend lourdement entre mes jambes. Ces deux salopes couinent de plus en plus; ma bite est maintenant d'équerre, mon gland bien dur. Me relevant, j'approche ma queue de ce tas de chair ruissellante de plaisir et la fourre dans la bouche de Eve qui commence à me sucer.
Je retire ma queue de la bouche de cette garce, la présente à l'entrée du trou du cul de Christelle amatrice salope et commence à l'enculer pendant que Eve lèche mes couilles et mon cul. De plus en plus fort, je pilonne le fion de Christelle amatrice salope qui râle de plus en plus fort en fistant la chatte de Eve qui n'en mène pas large non plus, sa bouche remplie par mes couilles gonflées de sperme. Le mouvement devient rapide, très rapide, j'ai l'impression que son cul vas exploser.
Alors que je vais décharger, je me retire, l'anus de Christelle amatrice salope reste béant, et fourre mon chibre dans la bouche de Eve qui me pompe tant qu'elle peut excitée par le goût de l'anus de Christelle amatrice salope. En criant, je lache la sauce dans la gorge de Eve qui manque de s'étouffer de sperme. Christelle amatrice salope a déjà fait demi tour et embrasse Eve à pleine langue, mon sperme suintant à la commissure leurs lèvres…
Un peu de sexe avec Brigitte nue
Brigitte c'était ma coloc. On partageait un appart sympa du coté de Convention. Et on ne partageait pas que ça d'ailleurs; pour le cul, Brigitte n'avait pas beaucoup de préjugés. Comme moi, elle n'avait pas envie de s'emmerder à draguer. Quand elle avait envie de baiser, elle frappait à ma porte et on mettait le couvert comme ça, tranquillement. Je baissais mon pantalon, assis à mon bureau en révisant mes cours de physique. Brigitte passait sous le bureau et commençait à me sucer la bite.
Quand ma queue était bien dure, que Brigitte s'était bien amusé avec mes couilles -elle aimait me les lécher, elle aimait me les caresser, passer sa langue dessus, descendre en dessous, lécher mon cul- donc je laissais tomber mes cours. Et là c'était au choix : souvent je caressais les tétons des gros seins de Brigitte avec le bout ma queue, elle disait comme ça que ça l'excitais. Après je lui mordillais les tétons en lui caressant la chatte, en la doigtant, mais je n'avais pas beaucoup de boulot à faire, son sexe à Brigitte était déjà très humide.
Et la, Brigitte posait son gros cul sur mon bureau, écartait les jambes, posait ses pieds sur le rebord de mon burlingue, et elle me demandait toujours de lui lécher la chatte; en fait c'était toujours son clito qu'il fallait léchouiller. Je m'exécutais et prenais plaisir à voir Brigitte s'échauffer, regarder ses lèvres gonfler et voir son con jouir en giclant me faisait bander à mort.
Ensuite naturellement, je la baisais comme une grosse salope. En fait Brigitte aimait que je la traite de salope, ça l'excitais qu'elle me disait.
Des fois je l'enculait, giclant au fond de son trou du cul et on regardait tout les deux en riant mon sperme couler en filet brunâtre de son anus encore ouvert.
En fait on s'amusait bien avec Brigitte.
Mais un soir, je rentre à l'appart avec une trique d'enfer. Pourquoi se poser des question ? Je baisse mon pantalon, laissant ma bite bondir hors de mon slip, énervée comme une chatte à longue queue dans une assemblée de rocking chair. Je rentre dans la chambre Brigitte : elle glande affalée sur son lit en écoutant un disque de rap à 2 balles. Je lui présente ma queue, lui dit qu'il y a urgence. Voilà que cette salope se lève en braillant qu'elle est pas une pute, que pourquoi qu'elle me sucerait etc… Je crois rêver. Après tous les services que je lui ai rendu, le nombre de fois ou j'ai du l'enculer alors que j'avais du boulot. Vous me comprenez n'est-ce pas, je suis énervé sur le coup. Alors que cette cochonne fait mine de bouder ma bite, je l'attrape par le cul, lui enlève son peignoir la retourne et sans lui demander son avis je lui fourre mon chibre dans le vagin. En fait cette cochonne mouillait comme une garce. Tu vas voir que je lui dit, et je mets à lui pilonner la chatte. A mesure que je la ramone je vois son gros cul s'ouvrir devant moi; j'attrape ses fesses à pleine mains enfonçant mes pouces dans son anus en la bourrant toujours plus fort comme un marteau piqueur entre les mains d'un Portugais abandonné de sa morue.
Au moment de balancer la sauce je me retire et décharge entre ses fesses. Profitant du spectacle, mon sperme qui dégouline vers le trou du cul de Brigitte, je présente mon gland turgescent à l'entrée de son trou à merde et doucement pénètre jusqu'au fond de sa turbine à chocolat… …